top of page

À la Bourse du Commerce, nouvelle allégorie de la caverne


La mal nommée Bourse du Commerce est un lieu curieusement préservé des hordes de touristes. « Avant l’orage » est le titre de l’exposition du moment. Faisons peur aux enfants, on va tous mourir, créons un peu d’art et consommons-le avant l’extinction de l’espèce, hum. Heureusement, hormis le titre, le lieu est fidèle à sa promesse, dénudé, aéré, son fengshui parmi les meilleurs qui puissent se trouver, dans l’axe de Beaubourg et de la canopée des Halles, plus convaincante en vue aérienne qu’au ras des pâquerettes. Passer vite devant les œuvres quand le cœur n’accroche pas, se boucher les oreilles, ne pas entendre les interprétations artistiques des étudiants des Beaux-Arts, tomber sans préavis sur une toute petite œuvre et se laisser emporter : une veste de costume bleutée à la Emmanuel Macron ou François Pineau (ce qui revient au même), pendue contre un mur, dos en évidence, personne ne l’habite, aucun cadre de l’ordre mondial ou de l’entreprise. Elle est trouée en son centre, on s’approche, il y a quelque chose dans le corps sans tête de ce costume-là, on prête l’oreille, douce mélodie d’un ruissellement, on s’approche plus près, on essaie de glisser son visage dans l’anfractuosité, il ne fait pas 37°C dans ce corps-là, c’est plutôt la fraicheur de mes Alpes, à moins que ce ne soit celle de la Svanétie ou du Pamir, les montagnes à la fin du printemps quand les ruisseaux dévalent les pentes, libèrent les cimes de leurs blancs manteaux. Incrédule, on reste là à humer l’air des cimes, le porteur de veste de costume a son jardin secret, cessons de croire à sa trivialité. Renseignement pris, l’œuvre s’appelle « Waterfall », l’artiste Robert Gober est un Américain né en 1954 et le secret de fabrication tient dans un compartiment rempli de roches et de végétaux parcouru par une véritable cascade, le tout parfaitement dissimulé derrière le mur de la salle d’exposition. La fiche descriptive confirme : « Waterfall poursuit l’investigation queer de Robert Gober sur l’identité, envisagée comme un monde fait de porosité et de paradoxes. » Queer ou platonicienne, voilà. Déjà, dans « La République », Platon développait l’allégorie de la caverne, mettant en scène des humains croyant voir la vérité, alors qu'ils n'en voyaient qu'une apparence. Je ressors dans Paris aux portes de l’été. Dans les vestes des cadres en goguette croisés dans leur élan sur la rue Saint Honoré, se peut-il qu’il se cache aussi cela, une part de leur vraie vie, la nature généreuse de leur Grenoble à eux ?

Comments


Posts à l'affiche
Revenez bientôt
Dès que de nouveaux posts seront publiés, vous les verrez ici.
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page