top of page

Billets du hasard - Post 4/12 : Jour J+9, migration


À J+3, en route ! Depuis Maputo, la première voie est ferrée. Déception, pas possible d’acheter les billets jusqu’à Chicualacuala, à la frontière zimbabwéenne : le train précédent a déraillé, il faudra sans doute descendre à mi-chemin. Pourtant, dans la nuit, tout rentre dans l’ordre (comment ?), nous pouvons roupiller jusqu’au matin, dix-neuf heures de tortillard à moins de trente kilomètre heures. Mais le Zimbabwe d’Emmerson Mnangagwa ne voudra par de notre étrange attelage. Sont-ce nos deux ordinateurs, à mon compagnon de voyage Boris Soutzo et moi, qui suscitent des interrogations ?, les trente-deux ans qui nous séparent ?, son travail de cinéaste ?, impossible, il a dit qu’il était étudiant. Après deux heures d’attente, « Vous êtes un journaliste de France 24 ! », m’assène triomphal le gardien du temple zimbabwéen. Et il le démontre ! Sur son smartphone, le portrait Facebook d’un certain Eric Jean Bernard. Ce sont effectivement mes prénoms mais il manque mon patronyme…Mais voilà, la période électorale ne permet aucune prise de risque. En arrière toute, retour de l’autre côté de la barrière, chez les Mozambicains…qui hésitent à nous reprendre. Plus tard, libérés de nos émotions, nous passerons une soirée alcoolisée dans un bouge, écrirons une belle page de vie. Dès le lendemain, se sortir de cette destination mal desservie, enchainer minibus archi-remplis, camions débordant de migrants plus ou moins motivés, bus climatisés, triporteurs, voitures particulières et même motos…À une moyenne horaire à peine supérieure à trente kilomètres, nous parcourrons deux-mille kilomètres de terre et d’asphalte pareillement défoncés. Chicualacuala-Mapai-Massangena-Chimoio-Tete-Monkey Bay, en cinq jours épuisants, nous gagnons le pays de la chanson « Malawi 2063, we are all in ! » Mon esprit embrumé confond Malawians et Malaysians : Blantyre, deuxième ville du pays, a quelque chose du Kuala Lumpur des années 80 et les deux pays ont eu leur « Vision 2020 ». Toutes deux ont échoué, d’où la deuxième tentative malawienne se donnant quarante-trois ans de plus pour atteindre le nirvana.


Comments


Posts à l'affiche
Revenez bientôt
Dès que de nouveaux posts seront publiés, vous les verrez ici.
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page