top of page

Billets du hasard - Post 7/12 : J+ 23, la grande récré


À peine effleurés depuis Monkey Bay, Makanjira, Chipoka, Nkhota kota, Likoma, Chizumulu, Nkhata Bay, Usisya, Rurwe, Tcharo, Mlowe, autant d’escales du MV Ilala, et Chilumba où nous avons débarqué. Puis une autre série de bourgades, Karonga, Songwe, poste frontière entre Malawi et Tanzanie, Mbeya, Sumbawanga. Puis le parc Katavi, Mpenda et Kapanga où, en panne de bus, nous avons hélé deux motos et, agrippés à nos pilotes en herbe, foncé sur cent-trente kilomètres de piste jusqu’au parc Mahale. Ces dizaines d’heures passées dans le bruit et la poussière, écrabouillés par les cahots, laissent du temps à la rêverie, parfois à la réflexion. Comme une évidence, la question du développement durable surgit, mon gagne-pain pendant des années. J’avais lu avant de partir que l’Ouganda était à la pointe de l’activisme écologique. Acte manqué inspiré par le récent serrement de vis anti-LGBT ?, je n’aurai pas l’énergie de lui rendre visite. Dixon Bahandagira veut planter des millions d’arbres, Evelyn Acham et son amie Vanessa Nakate luttent pour le climat et la justice raciale. Il faudrait évoquer avec eux leurs combats, et d’autres qui me giflent. Lieu commun, l’Afrique est un dépotoir (le monde est un dépotoir). Le sac en plastique du bobo parisien (moi) est facile à remplacer par du papier, mais ici ? Combien de vies sauvées par la poche en polyéthylène, imbattable pour l’isolation et la conservation ? Alors ? Il faudrait organiser la collecte dans les innombrables villages envahis de détritus que nous avons traversés. La journée mondiale de la collecte des ordures existe, ce serait mon premier combat écologique, pour que l’eau ne pourrisse pas, que la maladie régresse. Justement, ici en Tanzanie, le gouvernement a lancé sa « stratégie nationale de gestion des déchets » en 2018. Peter, notre ranger, explique fièrement qu’une fois par semaine, feu le Président John Magufuli enjoignait ses compatriotes à collecter les déchets partout dans le pays. Ce jour-là, aucune autre activité n’était permise jusqu’à onze heures du matin, pas d’école, pas de travail, sus au plastique !


Comments


Posts à l'affiche
Revenez bientôt
Dès que de nouveaux posts seront publiés, vous les verrez ici.
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page