top of page

Billets du hasard - Post 9/12 : J+29, touristes




Au Tanganyika Blue Bay Resort, seuls pinzutus de notre espèce, Boris et moi nous mêlons aux familles aisées de Bujumbura venues passer quelques jours au bord du lac. Les Européens qui se pressent habituellement dans ces lieux sont en vacances au pays. Sûrs de notre capacité à arrêter le temps, nous sacrifions à la grande décontraction des méninges et des corps. De vrais touristes, c’est assurément dans cette catégorie que peuvent nous comptabiliser les agences gouvernementales du Burundi. À l’inverse des danses rituelles au tambour royal, le farniente, n’est pas inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, mais c’est une activité d’une vanité et d’une douceur insondables après quatre semaine d’errance. « Méfiez-vous des hippopotames » : sur la plage un panneau ajoute à l’exotisme du lieu, je me raisonne pour me convaincre qu’il n’a pas juste été planté là par la direction de l’hôtel pour nous brosser dans le sens du poil, susciter l’appel de la sauvagerie. Pour ce qui est des crocodiles, « pas avant dix-sept heures », affirme avec assurance la réceptionniste de l’hôtel dans un français à peine trop châtié pour passer pour une Bruxelloise. Elle fait mine de ne pas se rendre compte de l’énormité de la menace, je ne sais distinguer le lard du cochon. Le tourisme est une manne pour ce pays le plus pauvre de la planète si l’on en juge par le Produit Intérieur Brut par habitant. Certes, nous avons bien observé dans la rue, au-delà des murs du compound, que les habits sont moins lavés, moins repassés que dans la Tanzanie voisine, mais la jeunesse joue et sourit tout autant, elle a le pouvoir, la moyenne d’âge du pays est de seize ans. Je me garde de penser avoir tout compris du niveau de vie des Burundais mais quel sens donner aux statistiques de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International ? La nuit venue, au bar de l’hôtel, la fête bat son plein, je me laisse entrainer à savourer des bières européennes à défaut des bières de banane locales : trop locales justement, elles ne sont pas proposées.

コメント


Posts à l'affiche
Revenez bientôt
Dès que de nouveaux posts seront publiés, vous les verrez ici.
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page