top of page

Sus aux moutons de Panurge !

























Le panurgisme m’afflige - La pensée unique me rebute - La bien-pensance m’horrifie. Avant, c’était l’ennemie, la bien-pensance : les conservateurs, les racistes, les homophobes. Aujourd’hui, elle est partout : à droite, à gauche !, où m’assoir ?, où trouver la paix ?

 

Je viens d’un monde où la liberté était vénérée, les écrits déjantés, le sexe libéré.

 

Mon Mai 68, j’ai appris à le lire, à l’écrire : « Il est interdit d’interdire ! ». Mon Mai 81, je l’ai dansé et bu jusqu’au matin. Ma visite en URSS, je l’ai rêvée et vécue juste avant l’écroulement, le régime aimait les artistes ?, personne ne me croyait.

 

Ne pas dire que le monde va bien ? Des cartes de vœux amies parlent d’un monde qui irait si mal qu’il serait difficile de croire en demain, en 2024. Prenant leur courage à deux mains, elles vous la souhaitent quand même, la Bonne Année ! Tiens, prends ma bise glaciale et tremble de peur !

 

Ne pas dire que la Chine réussit son envol ? Elle s’élançait à peine quand je suis tombé amoureux d’elle (et je n’oublie pas la dictature de Xi, les nouvelles interdictions, les passeports chaque jour plus inaccessibles).

 

Ne pas dire que l’Europe est plus belle que les États-Unis ? Leur guerre civile me débecte, leurs politiciens aussi (et je n’oublie pas que le vieux Joe vaut mille fois mieux que le vieux Donald. Au fait, Macron + Attal : 46 ans et 1 mois + 34 ans et 9 mois = 80 ans et 10 mois, Biden : 81 ans et 2 mois, on est bien en France !).

 

Ne pas dire que le monde est vaste et beau ? (et je n’oublie pas que le découvrir n’est pas donné à tous, qu’il faut monter dans des avions qui font broum et que les glaciers de mes Alpes cesseront d’exister avant moi).

 

Ne pas dire que faire des enfants est la plus belle chose, s’enivrer de leurs rires et de leurs cris ? (et je n’oublie pas que chacun fait comme son corps et son cœur le sentent ni que les enfants émettent du CO2).

 

En 24, je suis joyeux comme un pinson des villes. Un seul regret : il n’est plus interdit d’interdire. Certains froncent les sourcils, je suis triste pour eux.

 

Chers bébés de 24, soyez les bienvenus dans un monde merveilleux ! Et songez aux paroles de vos aînés : ne vous interdisez rien !

Comments


Posts à l'affiche
Revenez bientôt
Dès que de nouveaux posts seront publiés, vous les verrez ici.
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page